Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA SECU

Recherche

24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 11:45

RENCONTRE DU 22 JUIN AVEC

M. DEROUBAIX, DIRECTEUR DE L’A.R.S. (Agence Régionale de Santé)

 

Bienvenue au monde des bisounours !

 

Les organisations syndicales de l’établissement ont été reçues pendant près d’une heure par le directeur de l’ARS et sa représentante dans le Var. Notre syndicat leur a fait part des profondes difficultés que connaissent les agents dans leurs conditions de travail en raison du manque d’effectif. La mise en œuvre des plans de rigueur successifs, depuis 2006, a fortement diminué les effectifs en personnel non médicaux dans tous les secteurs de l’hôpital et aujourd’hui, il est fait appel de plus en plus souvent aux heures supplémentaires pour palier au manque de personnel. La transformation des lits d’USLD du Centre de Gérontologie  en EPHAD grève fortement son fonctionnement en aggravant les conditions de travail des agents.  Nous avons fait part aussi des inquiétudes du personnel quant au devenir de l’établissement dans le cadre de la Communauté Hospitalière de Territoire avec Toulon et Brignoles. Nous avons déjà la cuisine dont les négociations sur la situation des personnels sont au point mort et l’ensemble des agents s’inquiète d’une mobilité forcée entre les différents établissements notamment si des services sont regroupés ou transférés. Nous faisons aussi remarquer que nous avons été obligés de rechercher les informations et qu’il n’y a eu aucune concertation ou discussion avec les représentants du personnel sur le contenu des nouvelles organisations envisagées.

Le directeur de l’ARS s’est voulu rassurant en nous répondant que la Communauté Hospitalière était encore en projet et qu’il ne s’agirait pas de la fusion des hôpitaux en un seul, qu’à l’heure actuelle rien n’était arrêté. Nous avons fait remarquer que sur les documents qui nous ont été communiqués, il est bien prévu que les personnels seraient transférés avec leur activité et que le projet médical de territoire prévoit bien des regroupements d’activités par la mise en place de Groupements de Coopération Sanitaire. Nous lui faisons aussi remarquer qu’il est regrettable que ces documents nous soient parvenus de Brignoles dans un premier temps et non pas de notre établissement !

 

Le directeur de l’ARS nous a précisé que les documents en provenance de Brignoles devaient être vérifiés. Nous lui demandons si l’article sur la mobilité forcée du personnel était valide. Pour lui, à l’heure actuelle rien n’est définitif. Pourtant nous lui avons fait remarquer que nos collègues de René Sabran sont en train de perdre leur laboratoire et leur cuisine. Que pour le labo, seuls deux agents sur huit sont assurés d’avoir un emploi dans le Var, que les collègues de la cuisine n’ont aucune assurance sur leur devenir. Dans notre établissement le service des espaces verts a été réduit à néant et il est sérieusement envisagé de le transférer au privé. Le Directeur de l’ARS nous a affirmé ne pas être au courant de ces situations.

Nous avons abordé les difficultés que nous rencontrons pour mettre en place dans notre établissement un référentiel temps de travail, des négociations internes sur les conditions de travail notamment en raison d’une intérim de direction à mi-temps qui dure depuis 2009. Le Directeur de l’ARS nous a répondu qu’il était conscient de cette situation et qu’il était nécessaire que l’hôpital d’Hyères ait un Directeur à plein temps.

Le directeur de l’ARS s’est voulu rassurant sur notre hôpital, il nous affirme que notre établissement a une bonne réputation, une très bonne activité et que compte tenu de la situation actuelle de Toulon et de Brignoles, notre hôpital pourrait devenir l’élément moteur de la CHT ; que la clef du succès résidera dans le respect et le maintien de l’individualité de chaque établissement. Mais qu’il faut aussi prendre en compte les contraintes économiques nationales, qui imposent de très sérieuses restructurations, et de la densité médicale. Qui même si elle est supérieure dans notre région à la moyenne nationale, elle est vieillissante et plus de 30% des médecins ont plus de 50 ans. Il y a un réel risque de pénurie des chirurgiens et des anesthésistes.

Nous nous sommes inquiétés du devenir des chirurgies sur notre établissement notamment si les services en ambulatoire ferment le soir et le week-end. Pour lui, ce serait une erreur de tout miser sur l’ambulatoire dans les établissements publics qui doivent accueillir toutes les populations sans faire de dépassements d’honoraires. Il faut que les établissements gardent au moins une activité chirurgicale de semaine ! Mais il faut aussi se positionner par rapport au secteur privé qui s’adapte très rapidement et qui prend des parts de marché au secteur public. Dans le secteur public, on s’oriente vers la mise en place d’équipes médicales partagées pour que ce soit le médecin qui aille vers le malade et non le contraire.

Notre syndicat a le profond sentiment que cette rencontre avait pour but de déminer notre établissement car les autorités craignent une convergence des luttes des personnels hospitaliers et des populations de Brignoles, La Seyne, Hyères et Toulon contre la réforme hospitalière qu’ils essaient d’imposer aux forceps. Nous n’avons obtenu aucune garantie sur la suppression de l’article de la convention qui prévoit la mobilité forcée.

Nous ne sommes pas dupes de la manœuvre et nous appelons le personnel à rester vigilants, à défendre ses droits contre les mobilités imposées, à agir pour un service hospitalier de qualité pour l’intérêt du service public et de ses usagers.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents